Skip to main content

Prévoyance : prévenir, réunir, éduquer, valoriser

Prévoyance : prévenir, réunir, éduquer, valoriser

By 8 octobre 2019Publication

PMP partenaire du Master Club du Cercle LAB, a contribué au BADASS, production issue du travail d’échanges, de partage et de prospective des 3 Clubs prévoyance 2018-2019.

Notre associée en charge du Pôle Assurance, Banque et Santé, a contribué aux travaux du Club Prévoyance dont le parrain était Philippe Dabat, en tant qu’associée du Cercle LAB, et aux côtés de Mariona Vivar.

Le thème du Club était : « Le rôle des assureurs dans la maîtrise des arrêts de travail »

Dans le BADASS, un édito pour partager les enjeux de l’assurance prévoyance, couverture essentielle pour protéger la famille et accompagner la prévention des risques d’arrêt de travail, d’incapacité et de décès prématuré :

E comme Eduquer : Et si l’on parlait plus et mieux de la prévoyance ?

Le taux de couverture prévoyance complémentaire des Français est plus faible et surtout plus inégal que leur taux de couverture santé. Paradoxalement, il semble que la nécessité de se prémunir contre le risque décès, invalidité, incapacité soit perçue comme moins essentielle que celle de se prémunir contre des dépenses de santé excessives.

Les assureurs ont un rôle à jouer dans cette explication. Il reste encore du chemin à parcourir pour accompagner chaque français dans une analyse de l’impact si … il décédait, devenait invalide ou ne pouvait plus travailler de façon temporaire.

Ceux qui l’ont fait ont eu l’occasion de découvrir l’utilité de ces démarches et la proximité client qui en découlait.

P comme Prévenir : Et si l’on diffusait davantage la culture et les actions en matière de prévention des risques « prévoyance » ?

Force est de constater que la diffusion d’actions de prévention adossées aux garanties complémentaires santé a été massive sur les 5 dernières années avec des bilans mitigés en termes d’utilité, d’usage et d’impact.

La question de la prévention adossée aux garanties prévoyance a été moins développée. Pourtant, il est vraisemblable que les modèles de diffusion soient plus performants si l’on prend le temps de convaincre l’entreprise et d’autre part que le modèle économique soit plus évident.

Ceux qui ont investi sur les programmes de retour au travail ont déjà pu l’expérimenter.

R comme Réunir : Et si l’on arrêtait de travailler le sujet de la santé au travail en « silo »

Au sein même de l’entreprise différents donneurs d’ordre qui communiquent insuffisamment entre eux, la DRH, les services de santé au travail, les instances représentatives des salariés, les managers, les toutes récentes entités en charge de la QVT, les risk managers, les personnes en charge des couvertures sociales … Et finalement une difficulté à inventorier l’ensemble des actions entreprises et à qualifier leur impact.

En face de l’entreprise, un nombre incalculable d’acteurs interviennent sur le sujet de la santé des travailleurs. En premier lieu la médecine du travail, mais également les branches professionnelles, le ministère de la Santé, le ministère du Travail, différents établissements publics, différents opérateurs de services et bien sûr les assureurs et les courtiers. Autant d’acteurs qui dans l’essentiel des cas ne savent pas ou ne veulent pas travailler ensemble.

Pragmatisme et contraintes économiques contribuent malgré tout à faire émerger des partenariats qui hier encore auraient paru étranges entre assureurs, médecine du travail, start up … au service de la santé de l’entreprise et de ses salariés. On souhaite plein de succès à ces initiatives. Qu’elles inspirent durablement l’ensemble de l’écosystème !

V comme Valoriser : Et si l’on contribuait à faciliter l’accès des entreprises à des offres qualifiées en les accompagnant dans le calcul d’impact de l’€ investi ? 

Il existe une formidable opportunité pour accompagner les entreprises dans une démarche en 4 temps :

  • Diagnostiquer la situation de l’entreprise,
  • Construire un plan d’actions,
  • Le mettre en œuvre,
  • En évaluer l’impact.

Si cette démarche est fréquemment évoquée, elle est rarement globalement et durablement déployée. Elle peine notamment au niveau de la mise en œuvre, par la difficulté à analyser l’offre du marché, vaste et hétérogène tant du point de vue de la qualité que des prix.

A quand une market place des services aux salariés et aux entreprises ?

E, P, R, V … PREV … comme prévoyance …

 

Découvrir le BADASS en intégralité

cercle lab

Marie-Sophie Houis-Valletoux

 MSHouis

 

 

This site is registered on wpml.org as a development site.