Skip to main content

Choisir son allure

Dans cette série d’articles, Eric Dupont et Philippe Angoustures, associés du cabinet PMP, examinent comment l’expérience des conditions difficiles en mer peut être utile aux dirigeants dans la crise actuelle.

 

Ça y est, le moment du déconfinement est arrivé, si le télétravail reste la norme pour nos équipages, chacun espère que son entreprise va pouvoir naviguer dans de meilleures conditions et accélérer. Comme en voile, les Dirigeants vont devoir choisir la bonne allure, c’est-à-dire le juste compromis, en fonction des conditions de vent et de mer, entre vitesse et cap.

La ligne droite n’est pas toujours le chemin le plus court

choisir son allure headerSur un voilier il y a 3 allures principales : le près, le largue et le vent arrière. La crise actuelle fait que les vents ne sont aujourd’hui pas favorables dans la plupart des secteurs d’activité, on se retrouve dans une situation où pour atteindre les objectifs stratégiques il faut faire face à un vent de face alors que ces dernières années il était plutôt portant.

Dès lors la tentation est d’essayer d’aller le plus possible en ligne droite vers son objectif, de ne pas s’éloigner de la trajectoire financière qui avait été définie avant la crise. Par analogie cela revient à naviguer au près. En choisissant cette allure on a son objectif en point de mire. Néanmoins pour la suivre l’équipage et le bateau sont très fortement sollicités.  L’équipage vit dans l’inconfort du rappel en étant exposé au vent et à la mer pour améliorer l’équilibre du bateau, ce dernier subissant les efforts importants des éléments :  la force du vent dans son gréement et le choc des vagues contre sa coque. Cette allure sera donc difficile à maintenir dans la durée. Combien de temps allons nous pouvoir laisser les salariés sous forte tension, avec le stress permanent de voir l’entreprise connaître une avarie grave ?

D’autant que le près ne donne que l’illusion de la ligne droite tout en ne permettant pas de prendre de la vitesse. En effet à cette allure l’entreprise sera obligée de procéder régulièrement à des ajustements de trajectoire, tout en gardant son cap elle devra virer de bord, louvoyer en langage marin.

Le Dirigeant doit donc y réfléchir à deux fois avant de naviguer durablement au près car comme le dit le dicton « le près c’est 2 fois la distance, 3 fois le temps et 4 fois la peine » !

Ainsi, si les vents pour atteindre les objectifs ne sont plus portants rien ne nous empêche de revoir nos plans d’actions, notre trajectoire stratégique. En s’éloignant de l’axe du vent nos entreprises navigueront au largue, la route ne sera pas directe mais elles pourront reprendre de la vitesse et les équipes retrouver un certain confort et surtout de la confiance dans les performances.

Mettre nos entreprises au planning

Capture allureL’essor de nouvelles formes de glisses telles que le windsurf et plus récemment la navigation sur Foils a profondément modifié la manière de naviguer. Elles nécessitent en effet d’atteindre un certain seuil de vitesse qui fera décoller le flotteur de l’eau entrainant une forte accélération liée aux moindres frottements et au fait que la planche va créer son propre vent qui s’additionne au vent réel. Il s’agit dès lors d’accepter de s’éloigner de sa trajectoire initiale en partant au largue pour prendre de la vitesse, partir au planning et ensuite une fois la vitesse stabilisée reprendre son cap initial.

Deux enseignements pour nos entreprises. Premièrement il est essentiel de repenser ses priorités court terme pour miser sur les activités qui offrent un potentiel d’accélération rapide et qui permettront dans un deuxième temps d’entrainer le reste de l’entreprise. Deuxièmement, il faut continuer à innover pour changer la donne, créer de véritables avantages compétitifs. On pense bien évidemment au Digital mais le télétravail a également permis de faire émerger de nouvelles méthodes de travail plus collaboratives, plus responsabilisantes sur lesquelles il faudra savoir capitaliser.

Après le gel des dernières semaines, il faut revisiter les portefeuilles d’activités et de projets, identifier ceux qui amèneront de la performance à court terme, ceux qui tireront l’entreprise. Au final la vitesse c’est tellement plus Fun !

This site is registered on wpml.org as a development site.