Skip to main content

S'occuper de l'équipage

Dans cette série d’articles, Eric Dupont et Philippe Angoustures associés du cabinet PMP examinent comment l’expérience des conditions difficiles en mer peut être utile aux dirigeants dans la crise actuelle.

 

La crise actuelle secoue les entreprises de manière violente et pour une durée que personne ne peut connaître. Dans la gestion de crise comme dans sa sortie, le facteur humain fera souvent la différence. Quelles leçons les managers peuvent-ils tirer des navigateurs ?

Ne pas abandonner

Alain Bombard l’a démontré à travers ses expériences, en mer on meurt beaucoup plus par désespoir qu’à cause des conditions. Quand la lutte devient trop dure et trop longue les naufragés survivants sont toujours ceux qui auront gardé l’espoir.

D’un point de vue humain la première mission du manager en temps de crise est donc de maintenir l’espoir de ses équipes. Cela commencera par l’exemplarité et l’incarnation d’une confiance sans faille dans le projet et dans les collaborateurs, qui doit être perceptible à chaque intervention.

Repérer les « local heroes »

Les moments de crise sont des révélateurs de personnalité. Sur un bateau un équiper à l’aise dans une situation normale peut perdre ses moyens dans le gros temps et d’autres plus effacés se révéler capables d’avoir le geste juste. Il faut avoir la conviction que ces « local heroes » existent, ils étaient pour certains discrets en temps normal, mais il s’agit de les repérer au plus vite. Ils seront précieux pour absorber les tâches imprévues de la crise et soulager l’ensemble de l’organisation.

N’oublier personne

Tout le monde n’est pas à l’aise dans la tempête et certains peuvent au contraire être pris de panique. Là aussi il faut vite repérer les signaux faibles d’une fragilité qui peut dégénérer individuellement et influencer le moral du collectif. L’idée est de rassurer et de rappeler que l’entreprise a besoin de tout le monde. Dans les organisations pilotées par la performance, ce sera aussi l’occasion de rappeler l’importance de la solidarité comme facteur de résilience des entreprises.

Fonctionner en équipage

Alors que chacun est confronté à l’expérience familiale d’un confinement proche de celui d’un équipage en mer dont il faut savoir gérer l’harmonie, en évitant de jeter un membre à la mer, le manager est confronté à un nouveau défi : celui de faire fonctionner une équipe dont chaque membre vit à distance. Pour que ce collectif « socialement distancié » fonctionne il va falloir que le manager renforce les valeurs d’échange, de confiance et de transparence entre chacun. A ces conditions cette crise nous permettra peut-être de trouver une organisation du travail finalement plus efficace. 

This site is registered on wpml.org as a development site.